GUYANE-GUIDE

GUYANE-GUIDE

Le site web de la Guyane

Centre spatial Guyanais

La saga Ariane

Publié le 21-07-2005 - Lu 55 877 fois
Moyenne : 1.00 sur 5 (1 vote)

Berceau de l'aventure spatiale européenne, le Centre spatial Guyanais est opérationnel depuis plus de 30 ans, et ses installations, parmi les plus modernes et les mieux situées au monde, sont parfaitement adaptées aux opérations de préparation et de lancement de satellites et de véhicules spatiaux. Depuis le 9 avril 1968, date du premier lancement d'une fusée-sonde Véronique, plus de 500 opérations de lancement ont été réalisées à partir de Centre spatial Guyanais, Port spatial de l'Europe.


 Un peu d'histoire

C'est en 1964 que le gouvernement décide d'implanter le Centre Spatial Guyanais à KOUROU. La Guyane entre alors dans l'ère de la technologie spatiale. A cela, plusieurs raisons :

  • la situation géographique de la Guyane en fait un site idéal pour le lancement d'engins spatiaux. Il est en effet possible de tirer vers l'Est (satellites géostationnaires) ou vers le Nord (satellites d'observation), sans rencontrer de zones habitées : les tirs ont lieu au dessus de la mer, qui est de plus peu fréquentée dans cette zone du globe. Les risques dus à une chute sont donc faible ;
  • le département ne connaît pas de cyclone, ni de catastrophes naturelles : c'est une zone stable au niveau tectonique (pas d'activité volcanique, pas de tremblement de terre) ;
  • les lanceurs bénéficient de la mécanique gravitationnel appelé "effet de fronde" qui permet d'économiser jusqu'à 17 % de carburant par rapport à un tir de Cap Canaveral, par exemple. Ceci contribue à une durée de vie accrue des satellites ainsi lancés.
  • enfin, c'est une zone sous peuplée et peu développée, ce qui minimisent les risques.

Le 31 juillet 1973, la conférence des ministres Européens adopte le programme Ariane. La France financera 62,5 p. cent du projet et assurera la maîtrise d'oeuvre par l'intermédiaire du C.N.E.S. Le 24 décembre 1979 la fusée Ariane effectue sont premier vol, depuis l'ensemble de lancement ELA 1 du Centre Spatial Guyanais. Le lanceur Ariane 1 emporte la capsule technologique européenne CAT et du lest simulant une charge utile de type satellitaire. L'histoire va ensuite s'accélérer :

26 mars 1980 : Création d'Arianespace, première société commerciale de transport spatial dans le monde.

2 novembre 1981 : Signature du premier contrat de services de lancements, avec la société cliente GTE Spacenet (États-Unis).

22 mai 1984 : Le lancement d'Ariane V9, qui emporte à son bord le satellite de télécommunications Spacenet 1, inaugure la première ligne de transport spatial commercial. Cette mission utilise le lanceur Ariane 1 de base, depuis le Centre Spatial Guyanais (ELA 1). Ce vol constitue la 9e mission d'Ariane.

4 août 1984 : Premier vol d'Ariane 3, lanceur doté d'une capacité d'emport accrue. Les charges utiles sont les satellites de télécommunications européens ECS-2 et Telecom 1A.

Janvier 1985 : Les ministres de tutelle des pays membres de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) donnent le feu vert aux travaux préparatoires du futur lanceur Ariane 5 (il faudra plus de 10 ans pour que le programme aboutisse).

22 février 1986 : La mission V16 marque le dernier vol d'Ariane 1, et la première mission en orbite héliosynchrone. La charge utile principale est le satellite d'observation de la Terre français Spot 1 et le petit satellite suédois Viking, en charge secondaire.

28 mars 1986 : La mission Ariane V17 est la première réalisée depuis ELA 2, sur le Centre Spatial Guyanais. A bord se trouvent les satellites de télécommunications américains GTE Spacenet G-Star 2 et brésilien Brasilsat 2.

21 novembre 1987 : Premier lancement réussi du lanceur Ariane 2. La charge utile est le satellite de télédiffusion allemand TV-SAT 1.

Novembre 1987 : Les pays membres de l'Agence Spatiale Européenne approuvent le développement d'Ariane 5.

15 juin 1988 : Vol inaugural d'Ariane 4 V22. Les principales charges utiles sont constituées de PanAmSat 1 (USA) et Meteosat P2 (Europe). Second passager à bord : le satellite allemand Amsat IIIC.

15 février 1989 : L'Agence Spatiale Européenne reçoit des commandes pour la production de cinquante lanceurs Ariane 4.

2 avril 1989 : Ultime mission pour un lanceur Ariane 2. La charge utile est le satellite suédois de télédiffusion directe Tele-X.

5 juin 1989 : Première mission d'Ariane 44L V31, membre de la famille Ariane 4, équipée de quatre propulseurs d'appoint à poudre. A bord se trouvent les satellites de télécommunications japonais Super Bird A et DFS Kopernikus 1.

12 juillet 1989 : Dernier vol d'Ariane 3 et dernier lancement depuis ELA 1. La charge utile est constituée du satellite de télécommunications européen Olympus.

22 janvier 1990 : Premier vol de la version Ariane 4. A bord se trouvent le satellite français d'observation des ressources terrestres Spot 2, ainsi que quatre micro satellites américains, et deux britanniques, assemblés sur la structure d'intégration de charge utile auxiliaire.

1er février 1990 : Le capital d'Arianespace s'ouvre à de nouveaux partenaires européens (création d'Arianespace Participation).

12 octobre 1990 : Premier vol d'une charge utile double, construite et exploitée par la même société. A bord se trouvent les satellites de télécommunications SBS 6 et Galaxy VI pour le compte de la firme Hughes.

20 novembre 1990 : Premier vol de la version Ariane 42P. Les passagers embarqués sont les satellites de télécommunications américains Satcom C1 et Gstar 4.

4 avril 1991 : Premier vol de la version Ariane 44P. Charge utile : le satellite de télécommunications canadien Anik E-2.

29 octobre 1991 : Pour le vol V47, une version Ariane 44L lance le satellite le plus lourd jamais embarqué à bord de ce lanceur : le satellite de télécommunications Intelsat 6 pèse 4 259 kg.

15 avril 1992 : Ariane fête son 50e vol en lançant les satellites de télécommunications français Telecom 2B et Inmarsat II-F4. Le lanceur Ariane 44L utilisé est également le premier du lot P9 de 50 lanceurs commandés par Arianespace.

18 mai 1992 : Arianespace fête la signature de son 100e contrat.

12 mai 1993 : Lancement de la première version Ariane 42L de la famille Ariane 4. A bord de V56 se trouvent le satellite de télécommunications luxembourgeois Astra 1C et le satellite français Arsène pour radio-amateurs.

7 juillet 1995 : Helios 1A est le premier satellite de reconnaissance de fabrication française lancé par Ariane. Deux charges additionnelles, les satellites technologiques espagnol UPM/Sat et français Cerise, figurent aussi dans cette mission V75.

19 octobre 1995 : Ariane lance son 100e satellite de télécommunications - le luxembourgeois Astra 1E sur V79.

6 décembre 1995 : Le vol 81 d'Ariane est le 11e de l'année, ce qui constitue un record de lancement pour Arianespace. Sont embarqués pour cette mission les satellites de télécommunications français Telecom 2C et indien Insat 2C.

12 janvier 1996 : Nouveau record d'emport de charge utile pour Ariane, avec les 4 819 kg des satellites de télécommunications américains PanAmSat 3R et malais Measat-1.

14 mars 1996 : Arianespace lance sa 14e mission en 11 mois et demi, avec le vol 84 qui transporte le satellite de télécommunications Intelsat 707(A).

9 juillet 1996 : Avec la mission V89, Ariane emporte la plus lourde charge utile jamais installée à son bord : 4 836 kg pour Arabsat 2A et Turksat 1C, deux satellites de télécommunications.

13 novembre 1996 : La masse totale des charges utiles mises en orbite par Ariane sur V92, depuis le début des opérations, dépasse 250 tonnes, avec le lancement des satellites de télécommunications Arabsat 2b et Measat 2.

30 janvier 1997 : Nouveau record de charge utile pour Ariane sur V93 : 4 900 kg pour les satellites de télécommunications américains GE-2 et argentin Nahuel 1A.

23 septembre 1997 : 100e lancement de Ariane. La charge utile est le satellite de télécommunications Intelsat 803.

30 octobre 1997 : Premier vol réussi du lanceur Ariane 5, disposant d'une capacité d'emport accrue.

21 décembre 1998 : Arianespace signe son premier contrat de lancement de constellation dont le lancement de 6 satellites est prévu à partir de septembre 1999 sur une Ariane 4.

C'est donc au total : 11 Ariane 1, 6 Ariane 2, 11 Ariane 3, 90 Ariane 4 et 3 Ariane 5 qui ont été lancés. Les versions 1, 2 et 3 d'Ariane ne sont plus en service. Le lanceur Ariane 4 va voir sont activité décroître au fur et à mesure de la monté en puissance de sa grande sœur, Ariane 5. La fin d'exploitation d'Ariane 4 est prévue pour 2001 ou 2002. Actuellement la France finance le programme Ariane 4 à hauteur de 53 p. cent et le programme Ariane 5 à 47 p. cent.

Les acteurs principaux du CSG

ESA : Agence spatiale Européenne. Elle dirige les programme Ariane, finance les installations Ariane et participe au budget de fonctionnement et d'investissement du CNES/CSG.
CNES : Centre National d'Études spatiales. C'est le maître d'œuvre du développement des lanceurs Ariane. Il réalise les installations Ariane, coordonne les opérations et l'exploitation de la base de lancement et de l'Ensemble de Préparation des Charges Utiles. Il a également la responsabilité de la sauvegarde des personnes et des biens. Arianespace : Elle finance et dirige la production industrielle des lanceurs Ariane. Elle commercialise les services de lancement à travers le monde et met en œuvre et exploite les lanceurs. Arianespace est aujourd'hui leader sur le marché commercial des lancements de satellites en orbite de transfert géostationnaire, dont elle détient plus de 50% du marché mondial. Première société privée commerciale de transport spatial dans le monde, Arianespace a signé, depuis sa création en 1980, plus de 200 contrats de lancement. Aérospatiale : Elle est responsable de l'intégration de l'Étage d'Accélération à Poudre (EAP) d'Ariane 5. Air liquide spatial Guyane : Elle produit les ergols cryotechniques et les fluides nécessaires à la propulsion. Europropulsion : Elle intègre le Moteur à Propergol Solide (MPS) d'Ariane 5. Regulus : Elle produit le propergol solide d'Ariane 5 et charge les deux principaux moteurs.

Visite du C.S.G.

Horaires des visites :

Du lundi au jeudi : une visite à 7h45 et une à 12h45 ; Le vendredi : une seule visite à 7h45 ; La visite dure environ 2H30.

Inscription et réservation obligatoires :

Téléphone : 0594 32 61 23 Télécopie : 0594 32 17 45

La visite est gratuite. Elle est ouverte à tout public à partir de 9 ans, muni d'une pièce d'identité.

Les photos sont autorisées sur le site, mais l'utilisation du flash est réglementée, ceci afin de ne pas perturber les personnels travaillant sur le site.

Sous la conduite de guides expérimentés, vous pourrez assister à la projection d'un film dans la salle Jupiter (salle de contrôle des lancements), film retraçant l'histoire du Centre spatial. La visite se poursuit en bus climatisé par le hall d'assemblage d'Ariane 4, les salles de contrôle d'assemblage, la salle de contrôle "sauvegarde sol", le pas de tir d'Ariane 4 et le pas de tir d'Ariane 5. 

Au retour, vous pourrez visiter le musée de l'espace. A noter que la visite gratuite du Centre spatial vous donne droit à une réduction sur le tarif de visite du musée, à la condition de visiter le musée le même jour.

Pour des raisons de sécurité, il n'y a pas de visite durant les 48 heures précédentes un lancement. Pour les mêmes raisons, le programme de la visite peut être modifié en fonction de l'activité industrielle du centre (chargement des propulseurs, opération dangereuse sur le site...).

Critique : visite très intéressante, à ne pas manquer. Les guides sont particulièrement compétentes. On est plongé au cœur de la haute technologie européenne. C'est impressionnant et passionnant !

Visite du musée de l'espace

Horaires des visites :

Du lundi au vendredi : de 8h à 18h Le samedi : de 14h à 18h La visite dure environ 1H30. Le musée est fermé les jours fériés.

Entrée payante :

- 6,1 € pour les adultes et 3,8 € pour les enfants de moins de 10 ans.
- Tarifs réduits : 3.8 € pour les adultes et 2,3 € pour les enfants de moins de 10 ans (Bénéficiaires : groupes, visiteurs du CSG et tout public le samedi)

Renseignements :

Téléphone visites : 05 94 32 61 23 - Boutique 05 94 33 53 84 - Fax : 0594 32 17 45 - Email : visites.csg@wanadoo.fr

La visite du musée de l'espace s'effectue suivant 7 modules thématiques : L'univers, la conquête de l'espace, les lanceurs européens, les vols habités, les satellites, les charges utiles d'application et scientifique et enfin le futur. Plusieurs spectacles sont proposés : holorama, lunorama et diaporama. Une salle dotée d'ordinateurs avec accès Internet est également à la disposition des visiteurs. La visite s'effectue avec un baladeur et des écouteurs distribués à l'entrée du musée. Les commentaires se déclenchent automatiquement à chaque changement de salle. La visite se termine par la boutique du Musée de l'Espace où vous pourrez acquérir un petit souvenir : mini-fusée Ariane, poster, cartables, sac à dos, porte-monnaie au logo d'Ariane...

Critique : visite très intéressante, à ne pas manquer. Le système de visite guidé audio fonctionne bien et permet d'effectuer une visite agréable, à son rythme. La boutique offre des articles pas toujours de très bon goût, mais toujours chers...

Assister à un tir fusée

Il est possible d'assister à un lancement Ariane depuis un site d'observation rapproché.  Le spectacle est alors grandiose et le suspense total : compte à rebours final, allumage des moteurs dans une gerbe de feu, envol majestueux d'Ariane. Par temps clair, il est même possible d'assister aux largages des étages. Vous suivrez sur écran géant toutes les phases du vol du lanceur jusqu'à la mise sur orbite du satellite. Spectacle et frissons garantis. Un très beau spectacle.

Pour assister à un lancement depuis un site rapproché, il suffit de faire une demande d'invitation par courrier en précisant vos nom, prénom, âge et coordonnées (adresse, téléphone ou fax) à l'adresse suivante :

CNES - Centre spatial Guyanais - Relations publiques
BP 726
97387 KOUROU CEDEX
Téléphone : 0594 33 42 00
Télécopie : 0594 33 47 19

Le site IBIS, situé à 12 km de distance est accessible aux enfants à partir de 12 ans. Les sites très rapprochés sont accessibles à partir de 16 ans : Kikiwi à 4450 m, Colibri à 4840 m et Agami à 6520 m.

Les invitations sont délivrées dans la limite des places disponibles.

Il est également possible d'assister à un lancement depuis le site d'observation grand public de CARAPA, à KOUROU. Son accès est libre, sans contrainte ni d'horaire ni d'âge. Il est situé à 13 km du lanceur.

Il faut signaler également qu'il est possible de voir passer la fusée au-dessus de CAYENNE quelques minutes après le tir. Par jour de beau temps, ses moteurs sont bien visibles, ainsi que la séparation des étages. Mais il manque le frisson du décollage...

Critique : de l'émotion, du suspense, un grand spectacle. A voir absolument.

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :

Envoyé à un ami


Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
3 129 267 visiteurs au total
166 visiteurs ce jour
6 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 1999-2017