Guyane-guide : le guide web de la Guyane - Histoire, géographie, faune, flore, tourisme, renseignements pratiques, santé, des centaines de photographies, petites annonces...

 
Login Passe (rappel) - s'inscrire - Mot de passe perdu ?
 
Morsure de serpent
Ajouté le 04-08-2005 - Lu 67461 fois
Dernière mise à jour le 31-10-2006
Souvent moins grave qu'impressionante

On dénombre 94 espèces de serpents en Guyane. Mais n'ayez crainte, vous en verrez plus souvent écrasés au bord des routes qu'en forêt ! La forêt guyanaise infestée de serpents, d'araignées et autres méchantes bestioles est une légende. Seules quelques espèces sont vraiment dangereuses pour l'homme : le Grage grands carreaux (Lachesis Mutus), le Grage petits carreaux (Botrops brazili), le Fer de lance (Botrops atrox), le crotale des savanes (Crotalus durisus), et les "vrais" corail " (Famille des Elapidae, genre Micrurus) 

Contrairement aux idées reçues, il n'existe pas de venin mortel en quelques minutes. Le seul risque grave dans les minutes qui suivent la morsure est le risque de choc anaphylactique (choc par allergie grave). Mais il n'est pas dû à la toxicité du venin, mais à une réaction allergique gravissime de l'organisme. Le même choc peut survenir avec une piqûre de guêpe ou en mangeant des fraises… Les venins des serpents servent à neutraliser la proie, et à assurer une pré digestion de celle-ci. La toxicité du venin est dose-dépendante, ce qui signifie qu'elle est d'autant plus grande que la dose injectée est importante. Ceci explique la faible mortalité en cas de morsure de l'homme (glande à venin non pleine au moment de la morsure, évacuation imparfaite par les canaux à venin ). Il y a 3 types de serpents venimeux en Guyane :

  1. Les serpents à venin "enzymatique " ou encore appelé "hémotoxique" : il provoque une nécrose de la zone mordue, avec extension plus ou moins importante. La morsure est très douloureuse, avec œdème important. La zone mordue devient violacée, hémorragique. La gangrène et la surinfection s'installent en l'absence de traitement. Plus précoce est le traitement, moins la zone nécrotique sera importante. Ce type d'envenimation n'est pratiquement jamais mortel en Guyane, mais c'est la plus douloureuse.
  2. Les serpents à venin "neurotoxique" : c'est un poison paralysant comparable au curare. Les paralysies apparaissent en une à trois heures. Elles affectent d'abord les muscles striés, puis remontent pour atteindre les paupières, les muscles de la déglutition et enfin les muscles respiratoires. Le traitement consiste en une assistance respiratoire en "soins intensifs" afin de passer la phase critique. En l'absence de traitement, la victime peut mourir par asphyxie. Les autres signes de l'intoxication par les neurotoxiques sont les troubles visuels, l'hypersalivation, le larmoiement, les sueurs, l'accélération de la motricité digestive (diarrhées, vomissements), le ralentissement du rythme cardiaque et les troubles du comportement avec agitation ou somnolence.
  3. Les serpents à venin "mixte ": ils sont à l'origine des envenimations les plus graves. Ils associent une action neurotoxique et une action hémotoxique. Le tableau clinique est dominé par la douleur, mais c'est le risque de paralysie respiratoire qui fait courir un risque mortel à la victime avec décès en quelques heures. C'est le type d'envenimation la plus dangereuse en Guyane.

Conseils en cas de morsure :

  • Ne pas céder à la panique. Les morsures de serpents sont très rarement mortelles et surtout l'urgence est relative. Il faut des heures au venin pour agir ;
  • Ne pas aspirer le venin avec la bouche ;
  • Ne pas poser de garrot ;
  • Ne pas inciser ;
  • Si possible, et sans prendre de risques inutiles, identifier le serpent. Car de sa nature dépendra la mise en place d'un traitement adapté ;
  • Allonger la victime ;
  • Nettoyer la plaie avec un antiseptique ;
  • Surélever le membre atteint et l'immobiliser avec une attelle ;
  • Calmer la douleur avec un antalgique à base de Paracétamol : Dafalgan, Doliprane, Efferalgan. Évitez les dérivés de l'aspirine et les anti-inflammatoires (risque hémorragique) ;
  • Calmer l'anxiété (anxiolytique) ;
  • Évacuer le malade.

S'il est possible de médicaliser d'emblée le patient, au traitement précédent, on pourra ajouter :

  • Mise en place d'une voie veineuse ;
  • Traitement du choc par RINGER-LACTATE ou PLASMION ;
  • PRODAFALGAN pour la douleur ;
  • Antibiothérapie

Il n'y a pas d'indication de la corticothérapie dans les morsures de serpent. 

Une morsure de serpent ne signifie pas systématiquement envenimation. La douleur n'est en aucun cas un facteur de gravité. De plus l'envenimation est dose dépendante. Le venin a été injecté profondément : l'aspi venin est inutile !

Se rappeler enfin que l'envenimation est très rarement mortelle en Guyane. En 20 ans, seuls 3 décès sont à déplorer suite à une morsure de serpent. Alors pas de panique ! 

Résumé des effets des principaux serpents venimeux de Guyane :

 

HémotoxiqueNeurotoxiqueDouleur

Corail

+ / -++++ / -

Vrai jacquot

++0+++

Grage petits carreaux

+++0+++

Grage grands carreaux

+++0+++

Crotale

+++++++++
1 commentaire - Voir | Ajouter un commentaire
 
2 709 559 internautes ont visité ce site - 351 sont venus ce jour - 14 visiteur(s) sur le site actuellement - Mon audience XiTi

© J.Brunetaud 1999-2014