GUYANE-GUIDE

GUYANE-GUIDE

Le site web de la Guyane

Noirs Marrons

Le peuple du fleuve

Mis à jour le 22-11-2005  |  Publié le 17-08-2005 - Lu 44 348 fois
Moyenne : 5.00 sur 5 (1 vote)

Appelés aussi Busi Nenge, Bushinenge ou Bush Negroes. Le mot "marron" est issue de "cimarron", mot d'origine Espagnol signifiant réfugié dans un maquis. Les Noirs Marrons désignent en Guyane et au Surinam, les descendants des esclaves noirs qui se sont révoltés et enfuis des plantations avant l'abolition de l'esclavage. Ils furent amenés pour servir de main-d'œuvre dans les plantations de cannes à sucre et de café. Ils sont surtout originaires d'Afrique occidentale : Ghana, Bénin et Côte d'Ivoire. D'abord réfugiés en forêt profonde pour éviter d'être repris, ils se sont ensuite installés au bord des grands fleuves, en particulier, le Maroni. Ils sont constitués de 6 groupes ethniques :

  • les Bonis ou Alukus
  • Les Saramacas
  • Les Paramacas
  • Les Djukas
  • Les Kwintis
  • Les Matawais

On estime leur population à plus de 10 000 (environ 6% de la population Guyanaise, chiffre 2004). Leur société est matriarcale. Ils ne reconnaissent pas la frontière entre le Suriname et la France. Pour eux, le fleuve n'est pas une frontière. Ils vivent principalement de la chasse, de la pêche et de la culture sur abattis. Ils possèdent un Gran Man, sorte de chef spirituel, qui détient les pouvoirs de juge, d'arbitre et de conciliateur. C'est également leur chef religieux. Ils utilisent la pirogue pour se déplacer sur les fleuves. En 1848, l'abolition de l'esclavage mis fin à leur traque et leur permit de vivre en paix.

Ils ont conservé certaines traditions de leur pays d'origine : peintures, danses, musiques. L'art Noir-Marron est caractérisé par l'utilisation de peintures aux couleurs vives et aux formes géométriques. Leur religion est aussi imprégnée de leurs origines africaines.

Ils parlent le Sranan-tongo ou Taki-Taki, mélange de langues africaines, de hollandais, d'anglais, d'espagnol, de portugais et d'hébreux.

Voici quelques exemple de leur artisanat :

Les motifs abstraits, géométriques, symétriques, asymétriques, entrelacs et couleurs ont une signification dans la culture des Noirs Marrons. Par exemple, l'entrelacs symbolise les rapports symbiotiques d'une part entre les hommes et la nature et d'autre part entre hommes et femmes. Ces photographies sont extraites du catalogue de l'association Libi Na Wan : 2, rue de Cali - Village Saramaca - 97310 KOUROU - Tél/Fax : 0594 32 58 60 - e-mail : LIBINAWAN@wanadoo.fr (possibilité de commande par fax, e-mail ou téléphone).

La peinture est omniprésente dans la culture des Noirs Marrons : portes des maisons, pirogues, fresques...

 

Pagaie

Peignes : en cadeau, c'est un véritable message d'amour.

Adjaini bangui : banc pliant réalisé dans une seule pièce de bois

Plats ronds sculptés ou peints, destinés au vannage du riz.

Page précédente  |  Page suivante  

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :

Envoyé à un ami


Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
3 313 740 visiteurs au total
120 visiteurs ce jour
4 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 1999-2018