Lancement Soyuz VS09 : anomalie d'injection des satellites Galileo

Nouvelle ajoutée le 24/08/2014 - Auteur : Jacky Lu 978 fois
Résultats des premières analyses de données

Arianespace a lancé le 22 août 2014, à 9:27 heure locale en Guyane, un lanceur Soyouz ST transportant deux satellites de la constellation Galileo.

Le décollage et la première partie de la mission se sont déroulés de façon normale, conduisant à une séparation des satellites selon la séquence prévue, et à la réception du signal. Ce n’est qu’après la séparation des satellites, et en temps différé, que l’exploitation progressive des informations fournies par les stations de télémesure de l’ESA et du CNES a révélé que l’orbite atteinte n’était pas conforme à l’attendue. L’orbite visée était circulaire, inclinée à 55 degrés et avec un demi grand axe de 29 900 km. L’orbite atteinte est elliptique avec une excentricité de 0,23, un demi grand axe de 26 200 km et une inclinaison de 49,8 degrés.

L’état et le positionnement de l’étage supérieur Fregat et des deux satellites sont stables et ne présentent aucun risque pour les populations. L’étage Fregat a d’ailleurs été vidangé de ses ergols résiduels et dépressurisé de façon normale. Selon les premières analyses effectuées, une anomalie se serait produite pendant la phase de vol de l’étage supérieur Fregat, conduisant à une injection des satellites sur une orbite non-conforme.

Les études et les analyses de données se poursuivent à Kourou (Guyane) et à Evry sous la coordination de Stéphane Israël, PDG d’Arianespace. Elles sont menées en collaboration avec les partenaires russes du programme Soyuz en Guyane (Roscosmos et les industriels RKTs-Progress et NPO-Lavotchkine), ainsi qu’avec notre client (ESA) et ses partenaires industriels, afin de déterminer le périmètre de l’anomalie et son impact sur la mission.

« Notre objectif est de faire toute la lumière sur cette anomalie. Les équipes d’Arianespace sont mobilisées pour y parvenir. Arianespace mandatera dès lundi, en association avec l’ESA et la Commission européenne, une commission d’enquête indépendante pour définir les causes précises de cette anomalie et en tirer les conséquences et actions correctrices permettant un retour en vol en toute sécurité et dans les meilleurs délais du lanceur Soyouz depuis le CSG. Cette commission travaillera en coordination avec les partenaires russes du programme Soyouz en Guyane. Arianespace est déterminée a servir au plus vite les ambitions spatiales de l'Union européenne dans le cadre du programme Galileo. Nous remercions l'ESA, la Commission européenne et le CNES pour la qualité de nos échanges depuis que la survenance d'une anomalie a été connue. Même s'il est trop tôt pour en déterminer les causes précises, nous tenons à présenter nos excuses les plus sincères a l'ESA et a la Commission européenne pour cette injection sur une orbite non confome", a déclaré Stéphane Israël, PDG d’Arianespace.

Pour laisser un commentaire, vous devez être connecté.

Se connecter